+33 1 40 26 05 46
accueil Expertise Inventaire Vente
Nous contacter
Qui sommes nous ?
Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo

Demande d'estimation en ligne :

 
Civilité :
Mlle    Mme    M.
Décrire l'objet :
Dimensions de l'objet (en cm) :
Hauteur :    Largeur : 
Profondeur : 
 
» Découvrir les 10 conseils de l'expert
pour bien photographier ses objets de valeur
Envoyer des photos numériques :
(Format .zip, .jpg, .gif, .pdf... et poids inférieur à 4 Mo par fichier. )
Une photo générale de face :
Une photo du dos ou du dessous :
Une signature ou un détail :
 
Si vous rencontrez la moindre difficulté pour nous faire parvenir vos images, vous pouvez nous contacter à contact@authenticite.fr
 
 Je souhaite recevoir gratuitement la lettre d'actualité des experts
 
* Mentions obligatoires
 
 
Ces informations sont destinées au cabinet Authenticité. Aucune information personnelle n'est collectée à votre insu ni cédée à des tiers. Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant (loi «Informatique et Libertés» du 6 janvier 1978). Vous pouvez en faire la demande par mail à contact@authenticite.fr.
Authenticité est le premier cabinet européen d'experts conseil en œuvres d'art, spécialistes en meubles, objets d'art, sculptures, tableaux et dessins, anciens et modernes.

Nos bureaux de Paris et de Londres sont à votre disposition pour répondre à vos besoins que vous souhaitiez acheter, vendre ou connaître la valeur de vos objets.

Actualités

Une chaise à 295 000€ !


Rubrique Meubles et objets d'art, Expertise et estimation

Le 20 mai 2008, le Château de Versailles enrichissait ses collections d’une chaise et la payait 295 000€ lors d’une vente aux enchères à Bruxelles par Pierre Bergé et Associés.

Quel est donc ce siège qui atteint un prix que l’on peut qualifier d’astronomique ?

Attardons-nous, d’abord, sur son descriptif :

Chaise en noyer sculpté et redoré à dossier de forme médaillon plat, aussi appelé à la reine, garnie à châssis.
La garniture à châssis permet de changer celle-ci selon la saison, une d’été et une d’hiver. Le tissu est monté sur des cadres amovibles qui s’encastrent dans l’assise et le dossier du siège.

L’assise est de forme mouvementée et circulaire en façade.
Notre chaise repose sur quatre pieds fuselés et cannelés sculptés de feuilles d’eau sous les dés de raccordement. Ces derniers sont sculptés de fortes rosaces tournantes. La ceinture présente un décor d’entrelacs portant un fleuron en leur centre. Pour simuler les garnitures fixes à clous, une bordure de perles et olives est sculptée.




Le dossier présente en façade un décor de tore de feuilles de laurier, noué au centre des traverses haute et basse du dossier. On retrouve, entourant la garniture, la bordure de perles et olives. Le profil du dossier est sculpté d’un ruban torsadé.

Les jonctions assise-dossier sont sculptées de fortes feuilles d’acanthe.




Notre chaise est estampillée L. Delanois et porte le numéro « VIIII » insculpé.

Beau modèle me direz-vous et après !

Ce siège fut commandé par la comtesse Du Barry pour Versailles et livré le 15 décembre 1769. Si la menuiserie est l’œuvre de Louis Delanois, la sculpture est due à Joseph-Nicolas Guichard et la dorure à Jean-Baptiste Cagny. Elle fut garnie par le tapissier Labitte d’un satin blanc encadré de vert et brodé de soie.

Devenue maitresse officielle du roi Louis XV, elle s’installait dans ses nouveaux appartements dans le château au « logement des cabinets », petits appartements du roi aménagés au second étage.
Immédiatement, elle commande, pour ses appartements, un mobilier révolutionnaire tant par sa forme que par son décor. Elle s’adresse au marchand-mercier Simon-Philippe Poirier pour l’ébénisterie et fait appel directement à Louis Delanois, maitre menuisier, pour les sièges.

Cette chaise répond en tout point aux exigences de la comtesse.
Son dossier médaillon est une création et il apparait ici pour la première fois. On connait le succès qu’il rencontrera par la suite.
Le décor est totalement nouveau et à la dernière mode avec en particulier la frise d’entrelacs fleuronnés en ceinture, le tore et le ruban.

Le retour à l’antique y est manifeste et on ne retrouve rien de rocaille sur cette chaise datant du roi Louis XV.
La livraison du 15 décembre 1769, à laquelle appartient notre chaise, comptait à l’origine douze chaises et une plus haute pour le roi. Ce mobilier a été réalisé pour le salon de compagnie de la comtesse du Barry à Versailles.
Il est intéressant de noter à quel point notre vision des styles est erronée. En effet, on peut aisément qualifier cette chaise de Louis XVI hors le roi Louis XV s’y assis.




Elisabeth Vigée Lebrun, portrait de la comtesse du Barry, huile sur toile, 1781, Collection privée.

La comtesse de Barry, de son vrai nom Jeanne Bécu de Cantigny, est la fille naturelle d’un religieux. Elle reçoit une éducation soignée chez les Dames de Saint-Maur. En 1758, elle travaille comme vendeuse dans une boutique de mode parisienne « la Toilette » et est connue sous le nom de mademoiselle Lange. Devenue maitresse de Jean-Baptiste du Barry, celui-ci la présente au roi en 1768. Afin d’être présentée à la Cour, elle est mariée au frère de son amant, le comte Guillaume du Barry, et devient favorite officielle en 1769. Elle meurt guillotinée en 1793. Si elle n’eut aucun rôle politique, elle favorisa fortement les arts par ses commandes brillantes et importantes et imposa le goût nouveau.

Louis Delanois, né en 1731, accède à la maitrise en tant que maitre menuisier en 1761. Sa clientèle est particulièrement brillante avec le comte d’Artois, le prince de Condé pour Chantilly et le palais Bourbon, le duc de Chartres et la comtesse du Barry pour ses appartements versaillais et pour Louveciennes. Il est également le fournisseur du roi de Pologne Stanislas II pour le palais de Varsovie.
Il est à l’origine de créations très avant-gardistes marquées par le renouveau des formes et des décors à partir de 1750 avec la mise à jour des ruines d’Herculanum et de Pompei.

Il est vraisemblable que Louis Delanois et madame du Barry se connaissaient personnellement. En effet, lorsqu’elle travaillait dans une boutique de mode elle habitait à deux pas de son atelier.

Cette chaise a retrouvé cinq de ses sœurs dans le salon de compagnie de Madame du Barry à Versailles. Elles portent respectivement les marques « I », « II », « III », « VII », « XI ». Quatre autres chaises sont localisées.
Par conséquent, il manque la chaise haute pour le roi et deux chaises identiques à celle que nous venons d’étudier.

La chasse est ouverte, ouvrez l’œil, vous êtes peut-être assis sur un trésor.

Cédric Henon
Expert en meubles et objets d'art des XVII, XVIII et XIXème siècles

Les experts conseil en oeuvres d'art d'Authenticité sont à votre disposition pour l' Estimation en ligne et l' Expertise de vos objets d'art. Ils vous conseillent et vous accompagnent dans l'achat et la vente de vos œuvres d'art : Conseil.