+33 1 76 63 32 43
accueil Expertise Inventaire Vente
Nous contacter
Qui sommes nous ?
Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo

Demande d'estimation en ligne :

 
Civilité :
Mlle    Mme    M.
Décrire l'objet :
Dimensions de l'objet (en cm) :
Hauteur :    Largeur : 
Profondeur : 
 
» Découvrir les 10 conseils de l'expert
pour bien photographier ses objets de valeur
Envoyer des photos numériques :
(Format .zip, .jpg, .gif, .pdf... et poids inférieur à 4 Mo par fichier. )
Une photo générale de face :
Une photo du dos ou du dessous :
Une signature ou un détail :
 
Si vous rencontrez la moindre difficulté pour nous faire parvenir vos images, vous pouvez nous contacter à contact@authenticite.fr
 
 Je souhaite recevoir gratuitement la lettre d'actualité des experts
 
* Mentions obligatoires
 
 
Ces informations sont destinées au cabinet Authenticité. Aucune information personnelle n'est collectée à votre insu ni cédée à des tiers. Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant (loi «Informatique et Libertés» du 6 janvier 1978). Vous pouvez en faire la demande par mail à contact@authenticite.fr.
Authenticité est le premier cabinet européen d'experts conseil en œuvres d'art, spécialistes en meubles, objets d'art, sculptures, tableaux et dessins, anciens et modernes.

Nos bureaux de Paris et de Londres sont à votre disposition pour répondre à vos besoins que vous souhaitiez acheter, vendre ou connaître la valeur de vos objets.

Actualités

Meubles anciens : la coiffeuse.


Rubrique Meubles et objets d'art

Vers 1730, un peu après la commode, apparaît dans le mobilier français un nouveau type de meuble souvent richement marqueté ou en placage de bois précieux, la coiffeuse. Sa naissance coïncide avec la féminisation des décors à partir de l’époque régence et répond également à une réalité sociale, en effet sous l’Ancien Régime et durant la première moitié du XIXème siècle les personnages importants reçoivent les courtisans durant leur toilette.

La coiffeuse, parfois appelée poudreuse, peut être définie comme un meuble de toilette épousant la forme d’une table ou d’un petit bureau à caissons.

Son plateau, tripartite, présente en son centre un abattant dissimulant un miroir encadré de part et d’autre d’un abattant révélant un large casier servant à ranger les différents flacons, pots et ustensiles en porcelaine de Mennecy et argent indispensables à la toilette.

En ceinture, la coiffeuse ouvre par un tiroir central encadré de tiroirs simulés à gauche et à droite. Lorsque la coiffeuse est à caissons, il est fréquent que chaque caisson ouvre également par un petit tiroir en partie basse afin de ne pas empiéter sur la profondeur du casier.



Coiffeuse en placage de bois de rose dans des encadrements d’amarante, époque Louis XV, vente Etienne de Baecque le 14 juin 2009, lot 290.

La large ceinture ainsi que le plateau et les abattants ont permis aux ébénistes des périodes Louis XV et Louis XVI de produire des merveilles de marqueterie certains réalisant de véritables œuvres d’art. Lorsqu’elles sont simplement plaquées, les coiffeuses révèlent la qualité de la ligne et la maitrise du dessin du maitre qui lui donna le jour. La coiffeuse de qualité présente généralement un décor toutes faces, c'est-à-dire que l’ébéniste a revêtu de bois précieux tout le meuble permettant de poser celui-ci au centre de la pièce et non contre une paroi.

Les bois précieux les plus fréquemment employés sont le bois de rose, le satiné, l’acajou mais également le noyer et le merisier.

La coiffeuse est un meuble comportant peu de bronzes dorés. Les garnitures sont légères et comprennent généralement les chutes, les entrées de serrure et les sabots. Il faut souligner que les coiffeuses anciennes étaient fréquemment équipées de roulettes ce qui permettait de les déplacer plus facilement.



Bureau mécanique formant coiffeuse en acajou attribué à Gaspard Scheider, époque Louis XVI, vente Gaffieri le 13 mars 2009, lot 154.

Suivant leur génie, certains ébénistes transformèrent la coiffeuse, de meuble pratique, elle devint un meuble à transformations et à combinaisons. Ainsi, les modèles les plus exceptionnels outre coiffeuse, elles forment également meuble à écrire ou table à jeu.

La coiffeuse s’accompagne à l’origine d’un siège aujourd’hui fort rare, le fauteuil à coiffer dont la traverse haute du dossier est de forme incurvée.

La Révolution ne marqua point la mort de ce meuble qui se transforma à partir de l’Empire. La coiffeuse se présente alors sous la forme d’une table coiffée d’un plateau de marbre et portant deux colonnes encadrant un miroir orientable appelé psyché.



Coiffeuse en placage de palissandre surmontée d’une psyché à col de cygne, epoque Charles X, vente PIASA le 15 mai 2009, lot 283, vendue 2726 euros.

A partir des années 1890 et jusqu’en 1920, la coiffeuse de style Louis XV est à nouveau fort recherchée des amateurs et les coiffeuses ayant vu le jour à cette époque sont fort nombreuses. Si certaines se repèrent facilement, d’autres en revanche nécessite l’œil avisé d’un expert afin de déceler la copie.

Cédric Henon
Expert en meubles et objets d'art des XVII, XVIII et XIXème siècle.

Illustration principale : Delphin Enjolras (1857-1974), Jeune femme à sa coiffeuse, huile sur panneau, vente Etienne de Baecque le 8 avril 2009, lot 246.

Les experts conseil en oeuvres d'art d'Authenticité sont à votre disposition pour l'estimation en ligne et l' expertise de vos meubles et objets d'art. Ils vous accompagnent dans la vente et l'achat de vos œuvres d'art : courtage.