+33 1 40 26 05 46
accueil Expertise Inventaire Vente
Nous contacter
Qui sommes nous ?
Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo

Demande d'estimation en ligne :

 
Civilité :
Mlle    Mme    M.
Décrire l'objet :
Dimensions de l'objet (en cm) :
Hauteur :    Largeur : 
Profondeur : 
 
» Découvrir les 10 conseils de l'expert
pour bien photographier ses objets de valeur
Envoyer des photos numériques :
(Format .zip, .jpg, .gif, .pdf... et poids inférieur à 4 Mo par fichier. )
Une photo générale de face :
Une photo du dos ou du dessous :
Une signature ou un détail :
 
Si vous rencontrez la moindre difficulté pour nous faire parvenir vos images, vous pouvez nous contacter à contact@authenticite.fr
 
 Je souhaite recevoir gratuitement la lettre d'actualité des experts
 
* Mentions obligatoires
 
 
Ces informations sont destinées au cabinet Authenticité. Aucune information personnelle n'est collectée à votre insu ni cédée à des tiers. Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant (loi «Informatique et Libertés» du 6 janvier 1978). Vous pouvez en faire la demande par mail à contact@authenticite.fr.
Authenticité est le premier cabinet européen d'experts conseil en œuvres d'art, spécialistes en meubles, objets d'art, sculptures, tableaux et dessins, anciens et modernes.

Nos bureaux de Paris et de Londres sont à votre disposition pour répondre à vos besoins que vous souhaitiez acheter, vendre ou connaître la valeur de vos objets.

Actualités

La commode au XVIIIème siècle.


Rubrique Meubles et objets d'art

Depuis plus de trois siècles, qu’elle soit en tombeau, sauteuse, en arbalète, demi-lune, à l’anglaise ou à vantaux, ancienne, de style ou d’époque Louis XV, Louis XVI, Empire ou Restauration, la commode a su conquérir nos intérieurs.
La commode est probablement, de toutes les créations des ébénistes, le meuble le plus populaire et dont le succès ne s’est jamais démenti depuis sa création.
Attardons-nous sur l’évolution de ce meuble depuis sa création jusqu'à la fin du XVIIIème siècle, le XIXème siècle fera l’objet d’une étude ultérieure.


En France, les premières commodes apparaissent dans les années 1690. D’abord dénommée bureau, table en bureau, puis bureau en commode elle prendra finalement le nom de commode dans les années 1710. En effet André-Charles Boulle livre en 1708 pour Louis XIV au Grand Trianon une paire de commodes qu’il nomme bureau.

Les commodes Louis XIV.

Les premières commodes ouvrent en façade par deux tiroirs disposés sur un rang, un à gauche et à droite. Elles sont hautes sur pieds conservant l’apparence du bureau. Rapidement, leur forme évolue. Elles prennent une forme légèrement cintrée en façade et ouvrent par trois ou quatre rangs de tiroirs d’égale hauteur. Le rang supérieur est souvent divisé en deux ou trois tiroirs.
La commode Mazarine se caractérise pour sa part par la forme de ses pieds.
Les commodes produites entre 1690 et 1720 sont généralement en marqueterie boulle ou en placage de palissandre et de bois noirci rehaussé de filet de laiton et présentent un plateau bois marqueté de même.



Commode en marqueterie boulle attribuée à Nicolas Sageot, circa 1710, vente Dreweatts Nottingham le 10 juillet 2008, vendu £155 000.

Les commodes Régence, de 1710 à 1735.

Durant la période Régence la commode se développe fortement et les modèles se diversifient. Si la marqueterie boulle demeure, elle perd progressivement de son importance au profit du placage en bois exotiques tel que l’amarante, le palissandre, le bois de violette et le satiné.
Il faut également souligner une modification importante dans l’aspect de notre meuble, au plateau de bois est substitué un plateau de marbre. Cette évolution demeurera tout le XVIIIème et au XIXème siècle.

Parmi toutes ses créations, il faut citer en particulier :

- la commode à encoignures dite aussi commode à oreilles qui est cher au célèbre ébéniste de la régence Charles Cressent. Elle ouvre en façade par deux rangs de tiroirs et par une porte de chaque coté.

- la commode tombeau dont la forme dérive du coffre en sarcophage du XVIIème siècle. Elle se caractérise par son galbe toutes faces et ouvre par trois rangs de tiroirs, le rang en ceinture est fréquemment divisé en deux ou trois tiroirs.
La commode tombeau sera produite jusque dans les années 1755. Elle évolue uniquement dans son décor et sa garniture de bronzes ciselés et dorés.



Commode tombeau en placage de palissandre ouvrant par quatre tiroirs disposés sur trois rangs, dessus de marbre brèche d’alep, circa 1730, vente Chevau-Légers Enchères Martin-Chausselat le 18 fevrier 2007.

- la commode arbalète qui se distingue par la forme de sa façade épousant celle d’une arbalète. Elle n’est pas galbée mais conserve trois rangs de tiroirs.



Commode en arbalète en placage d’amarante à dessus de marbre rance, riche garniture de bronzes ciselés et dorés, estampillée A Criaerd, circa 1730, vente Delvaux le 27 juin 2008, adjugée 7000 euros.

- la commode galbée, elle ouvre par deux rangs de tiroirs en façade.



Commode galbée en placage d’amarante, garniture de bronzes ciselés et dorés marqués du C couronné, estampillée de Pierre Migeon, circa 1745, vente Drouot étude Maigret le 13 juin 2008, lot 209, adjugée 26 000 euros.

Les commodes Louis XV, de 1735 à 1760.

Sous la période Louis XV, la majorité des modèles élaborés sous la Régence continue d’être produite. La marqueterie remplace souvent le placage et parmi les bois les plus employés on trouve en particulier, le satiné, le violette, le palissandre et l’amarante auxquels s’ajoute le bois de rose qui connaît un grand succès sous Louis XV. Les commodes sont ornées de marqueterie de fleurs de bois de bout, de plaques de porcelaine de Sèvres ou encore de panneaux de laque extrême-orientaux de Chine ou du Japon, ou de vernis martin imitant ces derniers.
Le répertoire décoratif des bronzes est alors davantage rocaille mais les principaux modèles et en particulier la tombeau sont exécutés.

Sous Louis XV, la fantaisie est de rigueur et la commode est exécutée en un nombre infini de variantes en particulier en dimensions mais également dans le nombre de rang de tiroirs.

- la commode galbée en marqueterie de fleurs à deux ou trois rangs de tiroirs.



Commode galbée en placage de satiné marqueté de fleurs en bois de bout de violette ouvrant par deux grands tiroirs, circa 1745, vente Damien Leclere, le 20 octobre 2007.

- la commode à perruque à un rang de tiroir reposant parfois sur deux pieds et se rapprochant de la console.

- la commode sauteuse ouvrant par deux rangs de tiroirs en façade et mesurant moins de un mètre de large.



Commode sauteuse en laque de chine et vernis européen ouvrant par deux tiroirs, dessus de marbre brèche d’alep, largeur 99 cm, estampilée M Criaerd, vente Artcurial - Briest-Poulain-F.Tajan le 14 décembre 2002.

La période transition, 1755-1770.

La période transition et la période Louis XV se chevauchent effectivement. Il est difficile d’imaginer qu’à une date précise tout le monde adhéra à un style nouveau et que tous les artistes se mirent à produire selon les canons du nouveau style.
Le style transition correspond au passage de la période rocaille Louis XV au style classique Louis XVI. Cette période se caractérise fréquemment sur les meubles par un mélange des deux styles. Ainsi, on trouvera des commodes dont le bâti est rectangulaire mais dont les pieds conservent le galbe de la période Louis XV.

La période transition verra la création de meuble d’une grande richesse en particulier dans la garniture de bronze. Les meubles sont en placage, en marqueterie ou garnis de laque ou de plaques de porcelaine. C’est la grande période des meubles ornés de plaques de porcelaine de Sèvres.
Un bois nouveau fait son apparition, l’acajou dans l’emploi duquel Jean-François Oeben sera un précurseur.

La commode en tombeau disparaît définitivement.

Les principaux modèles transitions sont :

- la commode à deux rangs de tiroirs présentant souvent un ressaut central.



Commode marquetée d’un trophée de musique ouvrant par deux tiroirs sans traverse, estampillée Bircklé, circa 1765, vente Rieunier-Bailly-Pommery le 25 novembre 1998, vendue 41 314 euros.

- la commode à ressaut central à trois rangs de tiroirs dont un en ceinture plus étroit.



Commode à ressaut central en placage de satiné ouvrant par trois rangs de tiroirs, estampillée de Manser, circa 1765, vente Drouot étude Beaussant Lefèvre, le 7 novembre 2007, lot 271, adjugée 12 000 euros.

- la commode à vantaux qui se caractérise par deux portes dissimulant des tiroirs et en ceinture un rang de tiroirs moins hauts.

La commode Louis XVI, de 1770 à 1790.

La période Louis XVI se caractérise par le retour au néoclassique et aux formes droites.

Les meubles sont ornés de riches marqueteries, de plaques de porcelaine et de panneaux de laque.

La commode connaît son apogée et les variantes sont innombrables. La majorité des modèles conservent un rang de tiroirs plus étroit en ceinture.

L’acajou est le bois le plus employé mais on trouve également du satiné, du bois de rose et plus rarement du citronnier.

- la commode en acajou rectangulaire à trois rangs de tiroirs.



Commode en acajou, estampillée J. B. Saunier, vente Maigret le3 décembre 2008. lot 315, vendue 4 100 euros

- la commode demi-lune ouvrant en façade par des tiroirs et des vantaux sur les cotés.



Commode de forme demi-lune en placage de bois de rose, dessus de marbre brocatelle, estampillée de Nicolas Petit Gilbert, vente Drouot étude Neret Minet, le 28 mars 2003, lot 167, adjugée 47 000 euros.

- la commode à l’anglaise également de forme demi-lune et dont les cotés présentent des étagères.



Commode à l’anglaise en acajou, circa 1780, estampillée F. Schey, vente Kohn le14 juin 2006, lot 823.

- la commode à vantaux dissimulant des tiroirs dont un des spécialistes fut l’ébéniste Adam Weisweiler qu’il ne faut pas confondre avec le bas d’armoire.



Commode à vantaux en placage de citronnier ouvrant par trois vantaux et en ceinture par trois tiroirs, estampillée Claude-Charles saunier, circa 1785, vente Drouot étude Piasa, le 19 décembre 2003, lot 101, adjugée 200 000 euros.


Si chaque époque adapta la commode à son style, notre meuble n’en garda pas moins ses caractéristiques intrinsèques propres.
Rarement un meuble mérita aussi bien son nom et le succès qu’il connaît depuis trois siècles est mérité. La commode est devenue le meuble indispensable de nos intérieurs.

La cote des différents modèles varie fortement au grès des modes ainsi la commode tombeau subit depuis quelques années un désamour certain de la part des amateurs. De même, la valeur de certaines commodes exceptionnelles en particulier dans leur décor ou leur forme a favorisée le développement de commodes transformées ou surdécorées pour en tirer un prix plus substantiel.
En matière de commode chacun est sûr de trouver un modèle à son gout et correspondant à son budget.
La vigilance, comme toujours en matière d’antiquité, doit donc rester le maitre mot et un avis d'expert ne saurait être superflu.

Cédric Henon
Expert en meubles et objets d'art des XVII, XVIII et XIXème siècle

Les experts conseil en oeuvres d'art d'Authenticité sont à votre disposition pour l'estimation en ligne et l' expertise de vos objets d'art. Ils vous conseillent et vous accompagnent dans la vente et l'achat de vos œuvres d'art : conseil.



Illustration principale, commode galbée garni d’un panneau de laque de Chine ouvrant par deux tiroirs sans traverse, estampillée Pierre IV Migeon, circa 1745, vente Drouot étude Libert, le 22 mars 2000, lot 103, adjugée 109 763 euros.