+33 1 40 26 05 46
accueil Expertise Inventaire Vente
Nous contacter
Qui sommes nous ?
Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo

Demande d'estimation en ligne :

 
Civilité :
Mlle    Mme    M.
Décrire l'objet :
Dimensions de l'objet (en cm) :
Hauteur :    Largeur : 
Profondeur : 
 
» Découvrir les 10 conseils de l'expert
pour bien photographier ses objets de valeur
Envoyer des photos numériques :
(Format .zip, .jpg, .gif, .pdf... et poids inférieur à 4 Mo par fichier. )
Une photo générale de face :
Une photo du dos ou du dessous :
Une signature ou un détail :
 
Si vous rencontrez la moindre difficulté pour nous faire parvenir vos images, vous pouvez nous contacter à contact@authenticite.fr
 
 Je souhaite recevoir gratuitement la lettre d'actualité des experts
 
* Mentions obligatoires
 
 
Ces informations sont destinées au cabinet Authenticité. Aucune information personnelle n'est collectée à votre insu ni cédée à des tiers. Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant (loi «Informatique et Libertés» du 6 janvier 1978). Vous pouvez en faire la demande par mail à contact@authenticite.fr.
Authenticité est le premier cabinet européen d'experts conseil en œuvres d'art, spécialistes en meubles, objets d'art, sculptures, tableaux et dessins, anciens et modernes.

Nos bureaux de Paris et de Londres sont à votre disposition pour répondre à vos besoins que vous souhaitiez acheter, vendre ou connaître la valeur de vos objets.

Actualités

L'art Fang: "art-receptacle, art-symbole"


Rubrique Arts d'Afrique et d'Océanie

Le territoire Fang s’étend du Cameroun jusqu’au Gabon en passant par la Guinée. Il est recouvert d’une épaisse forêt équatoriale traversée par des rivières. Le climat engage de fortes précipitations. Dans ce climat quelque peu hostile se développe un art intimiste centré sur la lignée.

Esprit de famille

D’après le sociologue Deschamps, la population Fang aurait une organisation anarchique. La vie est basée sur la famille qui, au sein du groupe, se régule elle-même sans qu’il y ait de pouvoir centralisé.

Le village Fang se compose de petites cases, le village peut être parfois fortifié. Une case spéciale est réservée aux regroupements ; elle a aussi pour fonction d’être un lieu de surveillance en cas d’attaque.

Culte des ancètres

La statuaire chez les Fang est liée à un culte, celui du Byéri. Les Fang demandent aide et protection aux ancêtres en échange d’offrandes et de prières. Cette requête n’est pas faite auprès des dieux. Autour du rituel du Byéri, il y a des prières, des libations et des sacrifices. Ce culte des ancêtres se pratique au niveau du lignage dans l’intimité de la famille et le père est le protecteur et le propriétaire des reliques ancestrales et l’unique officiant. Le Byéri signifie à la fois le coffret reliquaire et la croyance. Le coffret qui renferme les reliques des ancêtres est consulté à tous les moments importants de la vie quotidienne ou rituelle du groupe tels que les chasses, les voyages, les mariages ou les guerres. Il est le médiateur entre les morts et les vivants. Les reliquaires sont gardés dans la chambre du propriétaire ou lorsque ce dernier se déplace, dans une petite hutte à l’écart du village. Le Byéri est un culte presque personnel qui était interdit aux femmes, aux enfants et aux non-initiés. En cas de contact avec les reliques, ils devaient se faire purifier pour ne pas s’attirer les mauvaises grâces des ancêtres.

Reliques familiales

Le reliquaire Byéri est composé d’un panier ou d’une boîte cylindrique en écorces appelée nsekh byéri dans lequel les ossements de l’ancêtre sont placés. Ces réceptacles sont extrêmement rare sur le marché. Ils étaient pour le plus part laissés à l'abandon par les occidentaux, les considérant trop « primitif » pour leur collection ou le commerce.



Nsekh byéri. Boite renfermant des reliques ancestrales. Style Fang,Gabon.

Chaque lignage possède son Byéri. Après la mort du notable du groupe, qui peut être une femme dans certains cas, des os spécifiques sont prélevés, tels le crâne, les dents, le fémur, les os du bras et les vertèbres ; le crâne étant la relique la plus importante. On peut évaluer l’importance d’une lignée par rapport à ce que contient le Byéri : plus une famille est importante, plus le coffret contiendra de reliques. On retrouve en moyenne cinq crânes par Byéri et au maximum une dizaine.
Mélangés aux crânes et aux os, on trouve de la sciure de bois, des plantes aux vertus médicinales ou magiques, du sang de sacrifice (sacrifice de poule, ou de cabri), de l’huile de palme, des bijoux et des clochettes. Les ossements, la boîte et la sculpture pouvaient être décorés de fils de laiton, d’incrustations ou de perles.
Au-dessus de cette boîte est juchée une sculpture. Elle a pour rôle de protéger le coffre reliquaire. La sculpture peut être soit une statuette soit une tête appelée nlo Byéri. Les têtes reliquaires sont originaires de la région de Betsi dans le sud du pays Fang.

Portrait de l'ancêtre

Les sculptures sont faites sur le thème de « l’ancêtre en méditation ». On retrouve des visages pensifs et sereins. Les représentations ne cherchent pas à reproduire fidèlement le portrait de l’ancêtre. Ici la représentation est totalement subjective.


Figure de reliquaire Fang d'une hauteur de 39cm. Vendue par Christie's Paris,
51 400 € frais de vente inclus, le 16 juin 2009 (Lot 144). La sculpture est apparue la première fois en ventes aux enchères chez Sotheby's Londres en 1960.


C’est « l’évocation physique de l’ancêtre » qui est figurée, elle va permettre de faire revivre l’ancêtre constamment dans l’intimité du groupe. Cette approche subjective peut nous laisser penser que le sculpteur avait une plus grande autonomie dans son travail et dans son rapport à l’œuvre et pouvait ainsi sculpter au gré de son inspiration. Dans le marché de l'art, on retrouve ces gardiens de reliquaire au sein de grandes collections et dans les ventes de prestiges. La rareté de ces œuvres est dû au peu de communications avec les Fang confinés dans l'épaisse forêt équatoriale et au désir de préservation de leur bien qu'ils préféraient enfouir dans les méandres de la jungle plutôt que de laisser leurs ancêtres partir de leur terre. Ceci explique les prix très élevés des statues Fang.

Le style Fang

De Guinée équatoriale jusqu'au sud du Cameroun, on peut reconnaître une statue Fang par ses particularités physiques omniprésentes: les membres sont réduits, le nombril proéminent soulignant l'appartenance à la lignée, le corps hiératiques pourvu de beaux volumes. Chez les Fang du Gabon on peut s'émerveiller sur certaines pièces suintantes grâce à l'huile de palme dont certaines d'entre elles sont enduites.

La forte présence des morts chez les Fang renvoie à un autre registre que le simple souvenir : ils vivent avec leur mort, ce qui peut avoir sur eux un impact émotionnel important et leur travail de deuil sera prolongé voire permanent.


Aurélie Gueye


Illustration principale :
Tête nlo Byeri Fang, Gabon, Ancienne collection Vérité, Vendue par l'étude Enchères Rive Gauche le 26 juin 2006 à Drouot.
A lire :
« Fang » de Laburthe-Tolera et Falgayrettes-Leveau aux éditions Dapper (1997).
A propos d'Aurélie Gueye :
Aurélie Gueye est spécialiste en Art d'Afrique et d'Océanie. Elle assiste Authenticité dans ses différentes missions de conseil et d'expertise.


Les experts conseil en oeuvres d'art d'Authenticité sont à votre disposition pour l'estimation en ligne et l' expertise de vos objets d'art africain et océanien. Ils vous accompagnent dans la vente et l'achat de vos œuvres d'art : courtage.