+33 1 76 63 32 43
accueil Expertise Inventaire Vente
Nous contacter
Qui sommes nous ?
Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo

Demande d'estimation en ligne :

 
Civilité :
Mlle    Mme    M.
Décrire l'objet :
Dimensions de l'objet (en cm) :
Hauteur :    Largeur : 
Profondeur : 
 
» Découvrir les 10 conseils de l'expert
pour bien photographier ses objets de valeur
Envoyer des photos numériques :
(Format .zip, .jpg, .gif, .pdf... et poids inférieur à 4 Mo par fichier. )
Une photo générale de face :
Une photo du dos ou du dessous :
Une signature ou un détail :
 
Si vous rencontrez la moindre difficulté pour nous faire parvenir vos images, vous pouvez nous contacter à contact@authenticite.fr
 
 Je souhaite recevoir gratuitement la lettre d'actualité des experts
 
* Mentions obligatoires
 
 
Ces informations sont destinées au cabinet Authenticité. Aucune information personnelle n'est collectée à votre insu ni cédée à des tiers. Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant (loi «Informatique et Libertés» du 6 janvier 1978). Vous pouvez en faire la demande par mail à contact@authenticite.fr.
Authenticité est le premier cabinet européen d'experts conseil en œuvres d'art, spécialistes en meubles, objets d'art, sculptures, tableaux et dessins, anciens et modernes.

Nos bureaux de Paris et de Londres sont à votre disposition pour répondre à vos besoins que vous souhaitiez acheter, vendre ou connaître la valeur de vos objets.

Actualités

Eugène Galien Laloue : peintre de Paris à la Belle Epoque.


Rubrique Tableaux et dessins, Art moderne, contemporain et design

Eugène Galien Laloue (1854-1941) est un peintre impressionniste spécialisé dans les tableaux représentant Paris à la Belle Epoque. Artiste fort prolixe, il produisit environ 5000 gouaches et 1000 œuvres à l’huile aussi bien des vues de Paris que des paysages.

Eugène Galien Laloue nait à Montmartre dans une famille de neuf enfants. A la mort de son père, il a 16 ans et est contraint de quitter l’école pour travailler dans une étude notariale. Avec l’éclatement de la guerre franco-prussienne de 1870, il quitte son emploi et s’engage volontairement en changeant son âge. Il apparait que sa vocation de peintre soit née durant cette période. Lors de son retour à la vie civile, il est employé par les chemins de fer en tant qu’illustrateur. Son rôle consistait à peindre les voies de chemin de fer entre Paris et la province. Parallèlement, il peint les paysages alentours en choisissant soigneusement la saison et l’heure de la journée.

Ainsi, sa formation nous apparait comme des plus originales, plus pratique que théorique, pour un jeune artiste. Il semble qu’il ait appris son art d’une manière plus académique d’un certain M. C. Laloue peut-être son père Claude ou un oncle.

En 1876, il expose pour la première fois au Musée de Reims, « Le Quai aux Fleurs par la Neige ». L’année suivante il participe au Salon des Artistes Français où il présente deux gouaches et une huile « En Normandie ». A partir de 1877 et jusqu’en 1914, Galien Laloue est présent chaque année au Salon des Artistes Français. Il faut noter son absence de 1898 à 1903 due à la naissance de sa fille. En 1904, il revenait avec « Le Boulevard Bonne Nouvelle ».

Galien Laloue a produit principalement des gouaches en effet, il travaillait pour des marchands qui lui achetaient l’intégralité de ses œuvres au même prix. Hors deux jours lui étaient nécessaire pour exécuter une gouache alors qu’une peinture à l’huile nécessitait deux semaines.

Dès le début de sa carrière et peut être encouragé par son passage dans les chemins de fer, Galien Laloue montre un fort intérêt pour son environnement naturel ce qui est particulièrement anecdotique pour lui qui ne supporte ni la boue ni un brin d’herbe.



« Promenade près de Notre Dame », gouache signée E. Galien Laloue, 21.6 x 29.2 cm., vente Christie’s New York le 26 octobre 2005, lot 182, vendue $11 400.

Galien Laloue avait une personnalité recluse. Il préférait travailler dans la solitude de son atelier et ne peignait pas sur le vif. Ses vues de villes ou de paysages de provinces sont généralement basées sur des cartes postales ou des photographies.
Il se maria trois fois, épousant successivement trois sœurs en commençant par la benjamine. Il vivait une vie monastique se déplaçant à vélo dans Paris pour en peindre des scènes pittoresques des quartiers populaires.

Sa personnalité le garda éloignée de ces contemporains qui travaillaient de la même manière que lui. Ainsi, en 1893 Galien Laloue travaille au « Bateau Lavoir », lieu fréquenté par de nombreux artistes de l’époque mais il ne se lie avec aucun d’entre eux. Sa préoccupation principale semble avoir été la vente de ses tableaux dont il tenait une comptabilité détaillée.

Galien Laloue exposa ses peintures dans la plupart des villes françaises, Dijon, Orléans, Versailles, Roubaix, Saint Etienne, Bordeaux ou Monte Carlo.



« Animation près de la porte Saint Denis le soir », huile sur toile signée Eugène Galien Laloue, 45 x 65 cm, vente Sotheby’s Londres le 3 juin 2003, lot 180.

Il peignit toute sa vie Paris et aimait particulièrement représenter la ville en automne et en hiver. Il représenta un grand nombre de fois les principaux monuments parisiens tels que le Louvre ou l’Arc de Triomphe. La plupart de ces tableaux racontent une histoire, présentant la vie à Paris telle qu’il la voyait vers 1900 avec ses voitures à cheval, ses tramways, ses boulevards animés et bondés et ses marchés. Il réalisait sur place des croquis et faisait ensuite poser sa famille et ses proches dans son atelier.

Cependant, la notoriété de ses vues de Paris ne doivent pas faire oublier qu’il s’attacha à d‘autres sujets. Ainsi, il ne put prendre part activement au conflit en 1914 et choisit d’accompagner les troupes sur les champs de bataille prêtant une attention particulière aux détails de chaque soldat et de son uniforme. Il exécuta également de magnifiques paysages de Normandie et des alentours de Barbizon et de la forêt de Fontainebleau. Il faut souligner que contrairement à ses scènes parisiennes ses paysages sont peints au printemps et en été.

Il utilisa de nombreux pseudonymes durant sa carrière de peintre :

-J Lievin : nom d’un soldat qu’il rencontra lors du conflit de 1870.
-Galiany : qui semble être la traduction italienne de son nom.
-Léon Dupuy : nom d’une personne vivant près de chez lui.
-Eugène Galien Laloue.



« Le Port », huile sur toile signée Léon Dupuy, 16 x 22 cm., circa 1900, Auktion Kunst le 28 octobre 2008, vendue 800 euros.

Il est vraisemblable qu’il utilisa également d’autres pseudonymes.
Ainsi, si vous possédez un tableau représentant une scène de rue parisienne avec une attention particulière portée aux détails architecturaux, votre peinture peut être de Galien Laloue.

Eugène Galien Laloue apparait comme un artiste à part. Hors du temps, son style n’évolue pas et il demeure fidèle à l’Impressionnisme. Ses scènes parisiennes mettent davantage l’accent sur le décor et l’architecture que sur les rapports humains. Il est le peintre de la Belle Epoque nous représentant Paris tel que nous l’imaginons aux alentours de 1900.

Les collectionneurs ne s’y trompent pas et la cote de ce peintre est bien supérieure à celle d’artistes ayant travaillés dans le même style.



« Paris la nuit », gouache signée E. Galien Laloue, 11 x 19 cm., vente Christie’s Amsterdam, 14 octobre 2008, vendue 4 375 euros.

Les experts conseil en oeuvres d'art d'Authenticité sont à votre disposition pour l'estimation en ligne et l' expertise de vos objets d'art. Ils vous conseillent et vous accompagnent dans la vente et l'achat de vos œuvres d'art : conseil.



Illustration principale : « Boulevard Bonne Nouvelle au théâtre du gymnase », gouache signée Eugène Galien Laloue, 54 x 94 cm., vente Lyon, étude Anaf le 17 octobre 2004, lot 92, vendue 140 000 euros.