+33 1 40 26 05 46
accueil Expertise Inventaire Vente
Nous contacter
Qui sommes nous ?
Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo

Demande d'estimation en ligne :

 
Civilité :
Mlle    Mme    M.
Décrire l'objet :
Dimensions de l'objet (en cm) :
Hauteur :    Largeur : 
Profondeur : 
 
» Découvrir les 10 conseils de l'expert
pour bien photographier ses objets de valeur
Envoyer des photos numériques :
(Format .zip, .jpg, .gif, .pdf... et poids inférieur à 4 Mo par fichier. )
Une photo générale de face :
Une photo du dos ou du dessous :
Une signature ou un détail :
 
Si vous rencontrez la moindre difficulté pour nous faire parvenir vos images, vous pouvez nous contacter à contact@authenticite.fr
 
 Je souhaite recevoir gratuitement la lettre d'actualité des experts
 
* Mentions obligatoires
 
 
Ces informations sont destinées au cabinet Authenticité. Aucune information personnelle n'est collectée à votre insu ni cédée à des tiers. Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant (loi «Informatique et Libertés» du 6 janvier 1978). Vous pouvez en faire la demande par mail à contact@authenticite.fr.
Authenticité est le premier cabinet européen d'experts conseil en œuvres d'art, spécialistes en meubles, objets d'art, sculptures, tableaux et dessins, anciens et modernes.

Nos bureaux de Paris et de Londres sont à votre disposition pour répondre à vos besoins que vous souhaitiez acheter, vendre ou connaître la valeur de vos objets.

Actualités

Investir dans un primitif italien


Rubrique Tableaux et dessins, Patrimoine

La société de vente Aguttes a dispersé le 16 avril un ensemble de mobilier, d’objets d’art et de tableaux Haute Epoque, dont une Vierge à l’Enfant en trône, entouré de Saint Jacques et d’un Saint Evêque, réalisée dans l’entourage d’Agnolo Gaddi (fin du XIVème s). Celle-ci a trouvé preneur à 24 083 € (frais inclus), pour une estimation qui se situait entre 20 000 et 30 000 €.
Cette œuvre, typique de la période du Trecento (XIIIème s.) et du Quatrocento (XIVème s.) italiens, nous donne l’occasion de revenir sur un art, dit « primitif », trop souvent oublié au profit des productions postérieures. Il constitue pourtant le relais nécessaire entre l’art du Moyen-âge et le modernisme de la Renaissance.

Florence avant la Renaissance :

Le terme de « primitifs italiens » désigne les peintres actifs avant la Renaissance. Les deux centres artistiques principaux sont alors Florence, autour de la figure de Giotto, et Sienne, autour de celle de Duccio. Cette désignation renvoie également à une technique, les peintres utilisent alors la technique dite « a tempera ». On utilise alors du jaune d’œuf pour lier les pigments. Il faut attendre le XVème s pour voir la peinture à l’huile se diffuser en Europe.
Au début du XIIIème s, les croisades ont entraîné un arrivage d’œuvres byzantines en Italie (ivoires, icônes…) qui ont inspiré les artistes italiens, comme le fond d’or qui rend la Vierge plus céleste et plus immatérielle. Au XIVème s, des artistes comme Giotto et Duccio cherchent à se défaire de cet héritage pour faire un art plus « vrai », plus naturel. Les peintres « primitifs » portent alors une grande attention à la sculpture contemporaine, notamment celle des Pisano, et apporte un certain naturalisme, du volume et du mouvement à leurs figures.

La production la plus caractéristique de cette époque est celle du retable, signifiant littéralement « derrière l’autel » car l’œuvre était placé derrière le maître autel. Ce type d’œuvre prend son essor au XIVème s. A l’origine, il ne comporte qu’un seul panneau appelé « pala » et qui figure généralement la Vierge et l’Enfant, entouré de saints. Avec le temps, il prend de plus en plus d’importance et se pare de panneaux latéraux, représentant notamment des saints locaux. Sont également réalisés des panneaux de dévotion privée, de plus petite taille.


Maesta de Duccio, Anciennement Cathédrale de Florence, musée de l’œuvre du Duomo, 1308/11.

L’un des plus anciens retables conservés est la Maestà peinte par Duccio pour la cathédrale de Sienne, entre 1308 et 13011.

A l’école de Giotto, Agnolo Gaddi (actif de 1350 à 1396) :

Agnolo Gaddi fait partie de ces peintres florentins qui ont subi directement l’influence de Giotto (1257-1337), alors chef de file de l’école de peinture florentine. Il est en effet le fils de Taddeo Gaddi (1300-1366), l’élève de Giotto. Agnolo Gaddi travailla au cycle de la Vraie Croix à l’église franciscaine de Santa Croce à Florence, ou encore au Duomo de Prato. Il fonde un atelier et aura pour apprenti un peintre aussi prestigieux que Lorenzo Monaco.
On retrouve dans l’art d’Agnolo cette volonté de représenter le réel, de figurer des personnages moins figés, de leur donner cette vie qui manquait à l’art italien. Le rosé des pommettes, la variété des attitudes, la délicatesse des plis des vêtements, les coloris contrastés, l’attention portée à la représentation des tissus, tout cela concourt à créer un art plus intime, plus proche de notre quotidien et celui des hommes du Moyen-âge.


Bernardo Daddi, Le Couronnement de la Vierge, National Gallery de Londres.

En 2004, Un Couronnement de la Vierge de Bernardo Daddi (illustration ci-dessus) avait été acquis par la National Gallery, chez Sotheby’s, pour environ 1 800 000 euros, une œuvre d’une exceptionnelle qualité plastique, mais qui n’avait pas créé l’emballement de la salle. En effet, le marché des primitifs italiens est aujourd’hui un marché qui se cherche par manque de collectionneurs d’envergure. Les prix des œuvres restent donc attractifs et les œuvres de grande qualité intègrent le plus souvent les collections des plus prestigieux musées.


Cédric Barblu
Recherche documentaire, spécialisé en tableaux et dessins anciens.
En savoir plus sur l'auteur : Le journal des enchères

Les experts conseil en oeuvres d'art d'Authenticité sont à votre disposition pour l'estimation en ligne , l' expertise et l'inventaire de vos tableaux et dessins anciens. Ils vous accompagnent dans la vente et l'achat de vos œuvres d'art : courtage.